La fraude scientifique

« Les modalités d’évaluation des chercheurs au travers de leurs publications, adoptées par la communauté scientifique depuis plusieurs décennies, risquent, si elles n’évoluent pas, de devenir une cause de fraude scientifique. Aujourd’hui en effet, dans la plupart des disciplines, un chercheur se voit évalué par ses pairs en fonction du nombre de ses citations dans les revues scientifiques. Cette incitation à « publier ou périr » est à l’origine de dérives, pour l’instant singulières, mais qui pourraient se multiplier.
Face aux drames, aux dommages directs et collatéraux, à l’image écornée de la communauté scientifique… poursuivre sur le mode « business as usual » serait aussi étrange que de considérer que les institutions sportives n’ont aucune responsabilité dans le dopage des athlètes. D’où la nécessité d’appréhender autrement la prévention, la détection et la sanction de la fraude scientifique. En particulier en ayant en tête de cesser de faire porter le risque et les rares sanctions de la fraude sur le seul chercheur qui la commet, mais d’y associer également les institutions qui l’accueillent. (…) »