« Nous ne transigeons pas avec l’intégrité »

« Bien que rares, les cas de méconduite scientifique entachent la réputation de la science auprès du grand public. Le président du CNRS, Alain Fuchs, nous explique comment l’organisme réagit face à ce phénomène (…)

La qualité d’un travail scientifique s’évalue par les pairs, elle ne se mesure pas par des chiffres. Je tiens d’ailleurs à signaler au passage que le Comité national de la recherche scientifique résiste autant qu’il le peut à cette furie des indicateurs. Les comités d’évaluation essaient de les utiliser avec discernement, en étant les plus vertueux possibles. Mais il est impossible de s’extraire du monde… De plus, les journaux fonctionnent selon une logique de marché, ils font monter les sujets, provoquent des effets de mode. La communauté scientifique a délaissé l’industrie de la connaissance (10 milliards d’euros) et en a laissé la responsabilité de l’édition aux éditeurs (…)

J’envisage la mise en place d’une formation à l’intégrité scientifique qui s’adresserait à tous les agents recrutés (…) »