En route pour la cartographie des Sciences de l’Information et de la Communication

« Cartographier la discipline. Il y a quelques temps, m’est venue l’idée de cartographier les sciences de l’information et de la communication comme une forme de réseau de connaissances. Comme les autres disciplines scientifiques, on peut considérer les S.I.C. sous l’angle d’une géographie intellectuelle, où seraient associées aussi bien des concepts, des hypothèses, des orientations théoriques, des méthodes et des « terrains » de travail que des acteurs particuliers (les chercheurs) ou collectifs (les laboratoires). La carte, à grande échelle, montrerait peut-être quelques traits remarquables que chacun des acteurs, avec son niveau local de connaissances sur la discipline, ne peut percevoir. En analysant les résultats d’une enquête auprès de certains laboratoires en sciences de l’information réalisée par les membres de la « Commission Nationale des Universités – 71e section » (l’instance de gouvernance de la discipline en France), je me suis lancé dans ce projet de cartographie de l’information avec l’idée de produire régulièrement de nouvelles vues sur les données, à mesure que j’intègrerai de nouvelles sources que me seraient soumises.

DirSICi

L’émergence d’une géographie de la recherche. Voici donc le premier cliché de la géographie de la discipline (téléchargeable au format PDF « A0 » pour impression) (…)

Etendre les données. La boussole des sciences de l’information, en son principe, fait partie de la boîte à outils que va utiliser le cartographe. A mon avis, elle concentrera nombre de discussions sur les éléments ou les « attracteurs » fondamentaux de la discipline, ce qui permettra par exemple de la comparer à d’autres comme la sociologie, les sciences informatiques ou la linguistique ou encore de la façon dont notre géographie conceptuelle intègre les métiers de l’information (veille, documentation, archives, bibliothèques…). L’essentiel, pour le moment, est d’ouvrir le projet aux contributions spontanées, soit pour m’indiquer des sources à prendre en compte ultérieurement, soit pour m’indiquer l’existence de laboratoires en sciences de l’information qui possèdent des sites web (relativement) remis à jour. Pour ma part, je pense à plusieurs pistes: celle, par exemple, des sujets de thèse (pour les termes d’index) et de la composition de leurs jurys (où figurent souvent plusieurs chercheurs de plusieurs laboratoires en SIC), mais aussi aux copublications associant plusieurs chercheurs de plusieurs laboratoires (un bon moyen de mesurer la pertinence de notre première photographie du domaine) ou encore aux projets déposés auprès de l’A.N.R. (qu’ils soient sélectionnés au financement ou bien refusés). Mais je suppose (enfin j’espère!) que des références me seront soumises bientôt (…) »