A quoi sert l’IE pour l’innovation

« Il y a quelques jours, l’ex-patronne d’Areva, Anne Lauvergeon, nommée par le gouvernement à la tête d’une Commission sur l’innovation a remis un rapport dans lequel elle préconise de concentrer les efforts de la Nation sur sept domaines dans lesquels la France possède déjà des atouts non contestables. Parmi eux, le « Big Data » pour sa capacité espérée de créer de nouveaux services à partir de gisements massifs de données stockées dans les ordinateurs.

C’est un domaine que l’IE ne peut ignorer puisque sa vocation est, entre autres, de savoir exploiter ces gisements. Cela dit, il faut espérer que les choix faits tout récemment par différents cénacles ont été précédemment soumis à de solides processus d’IE pour en déterminer la pertinence. Car en terme d’innovation et – c’est bien de cela qu’il s’agit – les préconisations se sont multipliées ces temps-ci, depuis les suggestions émises par Jacques Attali jusqu’aux 34 plans industriels d’avenir rendus publics en septembre dernier et la présentation des 44 chefs de projet qui les conduiront, réunis à l’Elysées début octobre.(…) »

Lire le Rapport de la commission Innovation 2030