Stratégie pour un marché unique numérique en Europe. Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions (.pdf)

« … Améliorer l’accès au contenu numérique – Moderniser le cadre en matière de droit d’auteur et le rendre plus européen (…)

Dans le domaine de la recherche à des fins commerciales et non commerciales, l’absence de cadre juridique clair et les approches nationales divergentes risquent de freiner l’innovation fondée sur l’utilisation de l’exploration de textes et de données (recherche de corrélations ou d’occurrences significatives dans des textes ou des ensembles de données). Il pourrait s’avérer nécessaire d’accroître la sécurité juridique pour permettre aux chercheurs et aux établissements d’enseignement d’utiliser plus largement le contenu protégé par le droit d’auteur, y compris au-delà des frontières, et de profiter ainsi pleinement du potentiel de ces technologies et des avantages de la collaboration transfrontière. Comme tous les éléments des propositions relatives au droit d’auteur, cette nécessité donnera lieu à une évaluation tenant compte de son incidence sur toutes les parties intéressées (…)

Avant la fin de 2015, la Commission présentera des propositions législatives qui viseront à gommer les différences entre les régimes nationaux en matière de droit d’auteur et à permettre aux utilisateurs de toute l’UE, en adoptant des mesures d’harmonisation supplémentaires, de bénéficier d’un accès en ligne aux œuvres élargi. Ces propositions concerneront: i) la portabilité des contenus acquis de manière licite, ii) l’accès transfrontière aux services achetés en ligne de manière licite dans le respect de la valeur des droits dans le secteur audiovisuel, iii) l’accroissement de la sécurité juridique pour les utilisations transfrontières de contenus à des fins particulières (recherche, enseignement, exploration de textes et de données, par exemple) en prévoyant des exceptions harmonisées, iv) la clarification des règles applicables aux activités des intermédiaires en ligne en ce qui concerne les œuvres protégées par le droit d’auteur et, en 2016 v) la modernisation des dispositions d’application des droits de propriété intellectuelle, plus particulièrement en ce qui concerne les infractions commises à une échelle commerciale [approche dite «follow the money» («suivez l’argent»)] ainsi que son applicabilité transfrontière (…) »