Edito : Les guerres de l’information de 2013

« L’année passée représente-t-elle un tournant dans les affrontements qui structurent la société de l’information depuis l’apparition d’Internet ? Plusieurs évènements semblent l’indiquer. Le plus important est l’affaire Snowden. Le pouvoir de contrôle absolu du monde immatériel par les Etats-Unis est désormais remis en cause par les retombées diplomatiques de cette révélation en cascade. Nul ne peut désormais attribuer à une quelconque thèse du complot le dispositif de captation de l’information, assumé par la gouvernance américaine depuis plusieurs décennies. Le camp des démocraties s’est divisé sur cette question fondamentale. En Europe, l’Allemagne se démarque des autres membres de l’Union Européenne en plaçant le curseur au bon niveau du débat. L’enjeu principal vu de Berlin n’est pas l’échange d’informations sur le terrorisme mais la maîtrise stratégique de l’ensemble des flux informationnels. Contrairement à la France qui a privilégié l’échange d’informations sur le terrorisme (cf. les accords secrets entre DGSE et NSA), l’Allemagne moins exposée sur ce terrain a amené Washington à prendre un profil bas dans la polémique générée par l’affaire Snowden.(…)