Prêt numérique en bibliothèques : le modèle suédois – épisode 2

« Nous poursuivons la publication de billets sur l’étude comparée des modèles de prêt numérique en bibliothèques en France et dans le monde. Ces analyses sont issues des travaux de recherche menés par Hans Dillaerts sur l’intégration du livre numérique dans l’offre de services des bibliothèques, dans le cadre de son postdoctorat au sein du Département Recherche de l’enssib (…)

Quel sera l’impact des géants mondiaux tels qu’Amazon et Kobo sur les comportements de lecture des Suédois ? Le marché du livre numérique étant « inondé » par l’offre anglophone, les lecteurs ne risquent-t-ils pas de privilégier le livre en VO plutôt que d’attendre la traduction suédoise ? De même, la littérature numérique suédoise qui est traduite en anglais dès parution, ne risque-t-elle pas d’être rapidement marginalisée ? C’est en ces termes que s’inquiète la directrice de la Bibliothèque Publique de Stockholm, Inga Lundén, dans une interview qu’elle donne à la Swedish Library Association [2] où elle observe que « plusieurs groupes internationaux, tels qu’Amazon et l’éditeur canadien Kobo, se développent et conquièrent le marché du livre numérique suédois avec une offre anglophone. [3] » (…) »