De l’accord Elsevier aux désabonnements : enjeux, questions et opinions…

« Le moins que l’on puisse dire c’est que depuis l’annonce de l’accord passé par Couperin avec Elsevier, concernant l’abonnement à la Freedom Collection en licence nationale pour les 5 prochaines années, les articles, billets et autres formes de réactions se sont multipliés sur la toile.

« Présenté comme équilibré et financièrement intéressant, les « acquis de ce contrat sont uniques et propres au marché français ». Couvrant bien plus d’établissements supérieurs que le contrat précédent, ce nouvel accord, d’une durée de 5 ans (2014-2018), se distingue également par le fait qu’il porte « désormais en un abonnement à une base de données avec acquisition des contenus, il ne s’agit plus d’un abonnement à une liste de titres avec un ensemble de surcoûts pour l’accès à la collection complète ». En d’autres termes, le modèle économique s’affranchit d’une tarification basée sur les abonnements papiers. Il n’y a plus de distinction entre les titres souscrits et non souscrits. »

Bien sûr on connait déjà en partie les enjeux, notamment financier, de ce type d’accord, mais les questions posées sont multiples à la fois éthiques et stratégiques, et l’on touche à la fois la confidentialité, l’enjeu de l’open access, la question des désabonnement mais aussi la question des données de la recherche… »