La Cour suprême libère les gènes

 » A la fin des années 1990, la société de biotechnologie Myriad Genetics, associée à l’université d’Utah et aux National Institutes of Health (NIH), a obtenu aux Etats-Unis plusieurs brevets sur les gènes BRCA1 et BRCA2, gènes dont les mutations sont associées à un risque élevé de cancers du sein et de l’ovaire. Depuis, Myriad Genetics a exercé aux Etats-Unis un monopole sur le marché des tests de prédisposition aux cancers du sein et de l’ovaire, monopole qu’elle a tenté d’imposer en Europe (…) «