Google Influences : le lobbying habile du géant d’Internet en France

« Olivier Esper avait accepté de nous recevoir au coeur de l’été, au siège de Google, un somptueux hôtel particulier du 9e arrondissement, alors que le Tout-Paris des affaires était déjà parti en vacances. Pour faire son « job » de lobbyiste, s’assurer que la journaliste du Monde avait bien « toutes les informations » pour boucler son article.

Il a encore dit oui à une nouvelle rencontre, début novembre, alors que les tensions avec les éditeurs de presse redémarraient de plus belle. Toujours aussi sympathique et bien élevé. Un peu à l’image de Google, celle que le groupe semble vouloir donner de lui-même aujourd’hui en France : une multinationale, certes très puissante, mais ouverte au dialogue, responsable.

« Dans l’Hexagone, c’est le géant de l’Internet qui fait le plus de lobbying. Et pour cause : notre pays représente une faible part de marché pour Google mais un maximum d’emmerdes », estime Giuseppe de Martino, secrétaire général de la plate-forme de vidéos Dailymotion, un concurrent de YouTube, filiale de Google. Un peu exagéré : en Allemagne ou en Belgique, Google a eu maille à partir avec les éditeurs de presse ou les opinions publiques. En Chine, son moteur de recherche a été censuré à plusieurs reprises.(…) »