A l’épreuve de l’hétérogénéité : données de recherche et interdisciplinarité : L’exemple du projet européen IPERION-CH

« Avec la mise en place de grandes infrastructures de recherche en sciences du patrimoine comme E-RIHS, on rassemble des acteurs divers, issus à la fois des sciences humaines et sociales et des sciences expérimentales. Le paléontologue croise l’historien de l’art, et le physicien collabore avec le restaurateur. Dans ce cadre, la gestion des données de la recherche est un véritable défi, car elle doit rassembler, valoriser et rendre accessibles des données produites par des protagonistes très différents, utilisant des méthodes elles aussi très différentes. Comment en effet gérer et échanger à la fois des données d’expériences, des images numérisées et des rapports de restauration ? Le cycle de vie des données de la recherche, de leur création à leur diffusion en passant par leur analyse, au sein de cette communauté interdisciplinaire interroge la définition même de ce type de données, et nous amène à questionner les pratiques autour de celles-ci. (…) »