Les mauvaises pratiques, parfois identifiées, ne sont pas dénoncées par les auteurs des revues systématiques

« Les auteurs de revues systématiques (RS), seraient-ils complices des chercheurs qui ont de mauvaises pratiques ? Cette question mérite réflexion quand les auteurs de RS ne dénoncent pas les manipulations mises en évidence. Faire une RS met les auteurs dans une position privilégiée pour découvrir des pratiques de recherche parfois inacceptables. Les doubles publications sont le plus souvent identifiées. Les RS étant de plus en plus nombreuses, les suspicions de mauvaises pratiques devraient augmenter !

Beau travail publié dans BMJ Open par des auteurs sous l’égide d’anesthésistes réanimateurs Suisses (Genève/Lausanne). Ils ont analysés 118 RS provenant de 4 revues prestigieuses (Ann Int Med, BMJ, JAMA, Lancet) et de la Cochrane Library en 2013. (…) »