Avenir des SATT – Réponse du Secrétariat d’État, auprès du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche

« … M. Daniel Percheron attire l’attention de Mme la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT). Créées en 2010 dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, elles ont pour objectif de détecter et valoriser les travaux de recherche qui peuvent faire l’objet d’une application industrielle. Actuellement au nombre de onze (pour quatorze prévues à terme) et réparties sur tout le territoire, elles ont vocation à mettre fin au morcellement des structures préexistantes.

Cependant, l’idée que les SATT puissent être autofinancées d’ici à 10 ans par l’exploitation des travaux valorisés semble avoir fait long feu. De même, ces structures privilégient les grands groupes aux PME locales qui ont pourtant un plus grand besoin d’accompagnement dans l’appropriation des nouvelles technologies.
Il lui demande donc si les régions, acteurs naturels du développement économique local seront sollicitées, pour aider les SATT à remplir pleinement leurs missions.

Transmise au Secrétariat d’État, auprès du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche (…) »