Le projet de « Prêt Numérique en Bibliothèque » n’est pas adapté aux besoins de l’enseignement supérieur et de la recherche – Communiqué Couperin (.pdf)

 » …Malheureusement, faute de prise en compte des particularités et de l’hétérogénéité des publics de l’Enseignement Supérieur et des missions de ses établissements, PNB risque de brider l’innovation en France dans ce domaine :

• les modes d’accès consistent en une reproduction de la consultation du livre, sans prise en compte des avantages du numérique. Chaque livre possède une durée de prêt et un nombre d’accès limité. Il semble impossible pour les membres de Couperin de gérer cette multiplicité de droits, imposés arbitrairement par chaque producteur ;
• à cause des mécanismes liés à la loi sur le prix unique du livre numérique du 26 mai 2011, les conditions tarifaires valables pour PNB seront appliquées sur le territoire par tous les détaillants. L’achat par bouquet n’est ainsi pas prévu. A terme, il s’agit d’une menace pour le travail de négociation mené par Couperin, qui permet pourtant d’analyser les attentes et besoins de chacun ;
• surtout, PNB prévoit de rendre automatiquement indisponible un livre acheté après un certain nombre de consultations ou une certaine durée de détention. Cette mesure est inspiré d’un mécanisme de protection mis en place par l’éditeur HarperCollins aux Etats-Unis. Il s’agit d’une régression inacceptable, en complète opposition avec les missions de préservation et de transmission de l’information qui exigent la garantie d’un accès durable aux fichiers (…) »