‘Notre pays ne doit plus se priver de la moitié de ses talents !’ Tribune de Geneviève Fioraso parue dans Le Monde le 7 mars 2014

« … Einstein affirmait qu’ »il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ! » C’est pourtant le pari engagé par le gouvernement, dans chacune de ses décisions. Dans la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche, j’ai pris treize mesures pour stimuler et rétablir la parité : dans les jurys, dans les conseils d’administration des universités et établissements, dans les conseils stratégiques nationaux… le vivier existe bel et bien, il suffit de le solliciter ! Inciter les jeunes filles à s’engager dans des vocations scientifiques est d’abord une nécessité pour faire progresser l’égalité et la justice. Mais c’est aussi un enjeu économique. En période de forte mutation il faut, plus que jamais, stimuler la créativité, l’agilité, l’innovation qui naît de la rencontre des cultures, à commencer par la mixité. Toutes les études démontrent d’ailleurs que la parité est un facteur positif pour la productivité.

Enfin, il nous faut agir en amont, sur l’orientation, en privilégiant la représentation des métiers. Les mathématiques, la physique ne doivent plus être considérées seulement comme un vecteur de sélection. Elles doivent être choisies pour les métiers auxquelles elles conduisent, mais aussi pour l’accès à la compréhension du monde (…) »