« L’open data est un révélateur violent de l’inadaptation de l’administration » – Denis Berthault, expert Open Data

« Alors que le Premier ministre a réaffirmé en septembre 2013 la nécessité d’accélérer le mouvement d’ouverture des données publiques dans les administrations de l’Etat, que le rapport Trojette préconise la disparition progressive des redevances au titre de la réutilisation des données publiques, la Gazette a interrogé Denis Berthault, acteur historique de l’Open Data (…)

Open data : les 8 commandements de Denis Berthault

1- Toutes les données : il faut dire aux administrations : « sortez toutes vos données, et en l’état, où elles sont ! : faites des exports et des exfiltrations de toutes vos données qui ne comportent pas de risques en termes de données personnelles ni en terme de droit d’auteur – ce sont les deux écueils – en demandant à la CNIL ce qui doit être anonymisé.

2- La qualité sur les données essentielles : vous voulez produire des données de qualités (fraîches, structurées et mises à jour régulièrement) ? Réservez ça aux données essentielles (infos statistiques, géographiques, sur les entreprises, juridiques) ! C’est à l’Etat d’en définir la liste, mais arrêtons de vouloir faire des économies là-dessus.

3- La gratuité pour les données identifiantes : militons pour la gratuité des données identifiantes attribuée par l’administration pour identifier des lieux, des produits, des entités économiques,…) car ils sont indispensables pour construire des services fiables. Cela doit être obligatoirement gratuit, et être sanctuarisé.

4- Des normes : Nous avons un besoin vital de normes de fichiers, de normes obligatoires. Cela va prendre du temps mais il faut imposer que les systèmes de production de l’Etat se parlent et exportent leurs données.

5- Mission de service public : il faut inclure la rediffusion de ses données dans la mission de l’administration. Cela doit être dans la mission de service public de toutes les administrations et des Etablissements publics administratifs et, dans certaines conditions, industriels et commerciaux.

6- Données personnelles : il ne faut pas se leurrer sur les données personnelles, c’est un vrai débat avec des enjeux très concrets qu’on ne peut pas évacuer trop rapidement facilement. Mais les contraintes d’anonymisation vont évoluer au fil du temps ; Voir à ce sujet les évitons de focaliser là-dessus, il faudra une souplesse informatique.

7- Investissement : il faut bâtir un plan d’investissement à 5 ou 10 ans, pour avoir de la qualité sur les données stratégiques qui vont permettre la gratuité des données identifiantes. C’est sur cet aspect qu’il faut investir.

8- Partenariat public/privé : l’Etat ne peut pas réussir seul. Cela suppose beaucoup de savoir-faire et de budget. Revenons à des partenariats public/privé encadrés tels que les concessions de service public ou les délégations de service public dans lesquelles l’Etat fixe toutes les règles. »

Source > lagazettedescommunes.com, V. Fauvel, 10 octobre 2013