Le futur du travail dans l’entreprise (1/2) : l’agilité… ou le néant ?

 » Le numérique déstabilise les entreprises parce qu’il accélère un double-mouvement qui brouille ses frontières :
– les usages privés ont évolué de manière fulgurante et s’immiscent dans l’entreprise au point de remettre en cause ses codes – hiérarchiques en particulier ;
– dans le même temps, le modèle tayloriste dépérit, les relations de travail « à vie » n’existent plus et les collaborations ponctuelles se multiplient : les collectifs d’hier ont muté, et le concept même de salariat – au cœur de tout l’édifice du travail, en France en particulier – devient flou.

A ces deux questions déterminantes de l’avenir du « vivre ensemble » dans le collectif qu’est l’entreprise, l’expédition Digiwork de la Fing a tenté d’apporter des éléments de réponses lors de Futur en Seine 2013. Quel modèle d’organisation les entreprises peuvent-elles adopter alors que le numérique permet à chaque salarié de transformer son rapport de pouvoir à l’entreprise ? (…) «