La feuille de route du Gouvernement en matière d’ouverture et de partage des données publiques

 » … Avec la révolution numérique – qui facilite la production, la diffusion et le traitement de données de masse – l’ouverture et le partage des données publiques sont devenus un puissant levier pour :

● renforcer la confiance des citoyens grâce à une plus grande transparence de l’action publique (par exemple, avec la mise en ligne d’informations sur les comptes publics, la pollution ou les délits constatés) ;

● permettre de nouvelles formes de co-production avec la société et soutenir l’innovation sociale (comme le projet Handimap qui a permis, grâce aux données des villes de Rennes et de Montpellier, de développer une application de calcul d’itinéraire pour handicapés moteurs) ;

● améliorer le fonctionnement administratif (comme en témoigne la très forte utilisation des données publiques par l’administration elle-même) ;

● améliorer l’efficacité de l’action publique en développant de nouveaux modes d’organisation et de nouveaux processus de travail (comme le suivi des accidents de la route par la sécurité routière permettant d’améliorer l’aménagement de la voirie) ;

● soutenir le dynamisme économique, en créant de nouvelles ressources pour l’innovation et la croissance (comme en témoignent les jeunes entreprises innovantes primées par Dataconnexions) ;

● contribuer à l’influence et au rayonnement international de la France (initiative Open Government Partnership -OGP-, initiative sur la transparence de l’aide internationale -IATI- ou sur la transparence des industries extractives – EITI) (…) «