la lettre de I’InSHS – N° 55, septembre 2018 (.pdf)

« Édito de Didier Torny, DAS InSHS
Au début de l’été 2018, le plan national pour la « science ouverte » a été présenté par notre ministère de tutelle. Cette expression, apparue il y a quelques années, peut sembler être un pléonasme. En effet, les historiens nous ont montré que, depuis au moins quatre siècles, faire de la science, c’est écrire, lire, échanger, discuter, publier, dialoguer sous le regard des pairs et, souvent, de divers publics.
Pourtant l’électronisation de nos milieux et de nos sociétés, ces deux dernières décennies, a fait apparaître combien la diffusion de nos résultats était entravée par des barrières économiques la nécessité d’un abonnement — technologiques — la limitation de circulation des écrits sur papier — ou professionnelles — la peur d’être plagié, l’excessive lenteur des procédures d’évaluation par les pairs, etc. (…) »