Vu de Montréal : Est-ce déjà la fin de la dématérialisation ?

« Au Québec, on commence à s’interroger sur l’aspect coûteux, énergivore et chronophage de la dématérialisation documentaire…

(…) La dématérialisation ? Mais, c’est le sans-papier, comme on l’entend souvent. Peu importe, au quotidien, elle se traduit avant tout par l’abandon du papier au profit des supports numériques. La nette croissance des projets de numérisation, de conseils sans-papier ou d’adoption de plateformes collaboratives en sont le reflet.

La dématérialisation a ses raisons : séries volumineuses, baisse des coûts, besoin d’accès rapide et sécuritaire à l’information. La vague s’étend, avec des succès indéniables ou parfois mitigés, dans des organismes publics ou privés, dans les domaines pharmaceutiques, aéronautiques ou académiques. (…) »