Publier moins mais mieux pour éviter la fraude scientifique

« Près de deux millions d’articles scientifiques sont publiés chaque année dans le monde, une masse qui grandit de 5 % par an. Environ 0,01 % de ces articles finissent par être « rétractés », c’est-à-dire que leur contenu est jugé nul et non avenu par les éditeurs des revues scientifiques. Même si ce pourcentage est faible, il trouve en grande partie son origine dans la fraude sur les résultats présentés (…) »