Une nouvelle géographie mondiale des villes de science se dessine

« Beijing (Pékin), Tokyo, Paris, New York, Séoul, Londres… les grands foyers de la science pèsent moins que par le passé du fait d’une déconcentration géographique au niveau mondial. Tel est le résultat de l’analyse statistique systématique menée par des scientifiques du Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (CNRS/Université de Toulouse II-Le Mirail/EHESS) sur des millions d’articles de publications scientifiques, édités entre 1987 et 2007 dans des milliers de revues scientifiques. Ces travaux récemment publiés sur le site de la revue Urban studies sont les premiers à s’intéresser à la géographie de la science au niveau de l’ensemble des villes mondiales (…)

Références :

Michel Grossetti, Denis Eckert, Yves Gingras, Laurent Jégou, Vincent Larivière, and Béatrice Milard, Cities and the geographical deconcentration of scientific activity: A multilevel analysis of publications (1987–2007), Urban Studies, 0042098013506047, November 20, 2013, doi:10.1177/0042098013506047, Consulter le site web«