Le CNNum mise sur les territoires pour promouvoir une nouvelle politique d’inclusion numérique

« Le Conseil national du numérique (CNNum) veut changer le regard de la société française sur les questions d’inclusion numérique. Dans un rapport remis le 26 novembre à Fleur Pellerin (…)

« Hier c’était l’apprentissage de la souris, demain ce sera la gestion de l’identité numérique » (…)

La vice-présidente du CNNum illustre, dans les entretiens préalables au rapport, la présence de situations paradoxales : « des personnes très à l’aise dans leur vie sociale, n’ayant aucun problème économique et culturel qui se retrouvent en souffrance dans le monde du travail lorsqu’elles sont confrontées aux usages du numérique et, à l’inverse, certains jeunes en galère, désocialisés et sans emploi qui n’ont aucun problème de manipulation et de navigation sur internet » (…)

Un trousseau numérique pour tous, y compris pour les SDF

L’accès reste le point crucial. Non seulement sur le plan du matériel ou à destination des 20% de foyers non encore connectés, mais aussi pour permettre à tous de pouvoir utiliser internet et être accompagnés dans cette utilisation si nécessaire. Le CNNum entend faire de ce droit récemment reconnu par le Conseil constitutionnel « un droit effectif « .
Parmi les propositions, chaque Français, qu’il soit actif ou SDF, pourrait disposer d’un « trousseau » numérique (clé USB ou carte « coffre-fort ») contenant son identité, des documents administratifs essentiels au format électronique, une domiciliation numérique et une messagerie… Les rapporteurs proposent également le développement de tarifs sociaux ciblés pour l’internet et le mobile, l’harmonisation des sites d’accès aux services publics (1) tout en rendant obligatoire le respect de règles et de référentiels afin d’ouvrir plus fortement les sites aux publics en difficulté (référentiel général d’accessibilité des administrations, règles du W3C…)
Le CNNum met également l’accent sur la médiation (…)

Mais ces dispositions pourraient rester lettre morte si les décideurs ne sont pas sensibilisés. La question récurrente de la formation/sensibilisation des élus et des décideurs est également posée. « Le numérique est souvent perçu comme une simple question technique et économique il conviendrait de lui rendre sa dimension sociétale et politique », invite Valérie Peugeot. La proximité des élections municipales se prête bien à la sensibilisation des « décideurs publics locaux », histoire de changer leur vision du numérique souvent un peu trop focalisée sur les réseaux (…) »

Le rapport (.pdf, 1,4 Mo) Télécharger