Croissance des revues savantes : de la connaissance et… du bruit

« (…) Dans Science Since Babylon, l’un des ouvrages fondateurs de la scientométrie publiée en 1961, Derek de Solla Price montrait que le nombre de revues savantes créées annuellement était en croissance exponentielle, et ce, depuis la fondation des premières au milieu du 17e siècle. En effet, au cours des quelque 300 années étudiées par Price, leur nombre doublait environ tous les 15 ans. Price associait ces résultats à une certaine crise de l’information avec laquelle nous sommes familiers aujourd’hui : il était dorénavant impossible pour un chercheur d’appréhender l’ensemble de la littérature publiée dans son domaine. Price y voyait aussi un signe de l’importance croissante de l’activité scientifique dans nos sociétés, mais soulignait également que ce rythme de croissance était insoutenable : s’il se poursuivait ainsi, chaque chercheur aurait sa revue, voire ses revues… Ainsi, cette croissance exponentielle devait prendre fin plus tôt que tard, laissant la place à une croissance plus linéaire. (…) »