Comment se réapproprier nos données

« … « Tout le monde s’accorde pour dire que les internautes doivent pouvoir mieux maîtriser leurs données, résume Edouard Geffray, le secrétaire général de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Mais cela doit-il passer par un renforcement de la législation existante, par de nouveaux droits ou par de nouveaux outils ? » La Commission européenne et la CNIL semblent militer pour un simple durcissement des textes. « La protection des données personnelles est déjà un des droits fondamentaux de la charte européenne au titre des libertés, rappelle Edouard Geffray. Cela vous garantit un droit d’accès, de rectification, d’opposition à la collecte et, éventuellement, d’effacement de vos données per­sonnelles. » « Avec ces droits, les citoyens contrôlent déjà leurs données et ce qui en est fait », poursuit Mina Andreeva, porte-parole de Viviane Reding. La commissaire a cependant mis en chantier un règlement communautaire pour que ces droits deviennent une réalité partout.

« Les mêmes droits s’appliqueront aux citoyens et les mêmes obligations aux entreprises proposant des services en Europe », détaille Mina Andreeva. Autrement dit, Facebook et Google, par exemple, ne pourront plus plaider devant un tribunal français ou espagnol qu’ils ne sont pas concernés, au motif que leurs ordinateurs se trouvent aux Etats-Unis.

Mais pour d’autres experts, il faut passer à une nouvelle étape, la « patrimonisation » de nos données : nous devons en recouvrer la propriété pleine et entière (…) »