Repères RSTI – The role of Twitter in the life cycle of a scientific publication

 » Une plateforme de microblogues comme Twitter peut contribuer à la publication scientifique au 21e siècle, selon cette étude publiée par l’Université Queen, en Ontario. La plus importante contribution des médias sociaux à la diffusion scientifique est d’accélérer les connexions entre les scientifiques (…)

Les auteurs ont constaté que le nombre médian d’abonnés (241) était sept fois plus important que les relations « physiques » issues d’un département de recherche (33).

Au début du « cycle de vie », Twitter génère une grande communauté virtuelle de collègues qui peuvent aider à générer rapidement, à partager et à affiner de nouvelles idées (…)

Ces données semblent indiquer que la publication savante sur Twitter contribue à approvisionner la communauté des non-spécialistes, ce qui peut amplifier son impact scientifique et social.

Les articles disposant d’une bonne diffusion sur Twitter dans les trois premiers jours après leur publication étaient onze fois plus susceptibles d’être les plus cités entre 17 et 29 mois plus tard.

Cependant, Twitter a des limites, surtout en ce qui concerne la propriété intellectuelle, l’accessibilité et les risques d’erreurs d’interprétation scientifique causés par le nombre limité de mots.

Pour plus de détails : étude de l’Université Queen. «