Faire parler les données de santé

« Une récente loi prévoit d’ouvrir l’accès aux données de santé des assurés sociaux. Une occasion pour certains d’étudier les maladies, leur évolution et l’efficacité des traitements, et pour d’autres de s’inquiéter de la protection nécessaire de la vie privée et du secret médical.

Avec près de 1,2 milliard de feuilles de soins par an, le Système national d’information inter-régimes de l’Assurance maladie (Sniiram) est l’une des plus grosses bases de données de santé au monde. Ce foisonnement d’informations fait le bonheur de nombre de chercheurs. Mais son accès est très encadré, trop pour certains. (…) »