Que font-ils de nos données ?

« LE CERCLE. Chronique de la revue du Hermès « L’autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts » (CNRS Editions, numéro 68, 288 pages, 25 euros) (…)

Aujourd’hui, plusieurs de ces disciplines convergent sous la forme d’un champ scientifique multidisciplinaire, lointain descendant de la cybernétique, désigné sous le sigle NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, intelligence artificielle, sciences cognitives). Il s’agit d’utiliser nos données pour anticiper nos désirs, nous proposer de la réalité augmentée ou élaborer des hommes-machines, bref, de mélanger le vivant et l’artificiel. Autant de projets plus ou moins fous qui risquent de remettre en cause les fondements mêmes de notre humanité (…) »