Des bibliothèques dans les supérettes : la culture fait de la résistance dans les villages

« En milieu rural, il arrive que la supérette soit le tout dernier établissement ouvert du village, après que les autres aient fermé.

« Avant, quand on lisait un livre, on le posait sur l’étagère et il prenait la poussière. Là, il s’aère et il sert à d’autres ». Cet habitant de Saint-Germain-Laval, comme les 1 600 habitants de cette petite commune rurale de la Loire, profite depuis quelques mois de la petite bibliothèque libre mise en place par l’épicerie, sur la place du village. Un nouveau modèle, baptisé VivalLivres, déployé dans 25 autres franchises françaises des supérettes Vival, l’enseigne de proximité du groupe Casino, essentiellement dans de toutes petite communes. (…) »