Est-ce que les revues prestigieuses pourront survivre aux APCs (Article Processing Charges) de plus de 3 000 $ ?

« Cette question mérite réflexion suite au changement de stratégie de eLife. eLife est un grand succès : revue en Open Access sous l’égide de Randy Schekman, prix Nobel en 2013, supportée dès le début (2102) par 3 fondations (Howard Hughes Medical Institute, Max Planck Society, et Wellcome Trust). Basée à Cambridge, ne faisant pas la promotion du facteur d’impact, avec 8000 soumissions par an, 1500 acceptations, une décision médiane 33 jours après soumission, eLife a annoncé instituer un APC pour janvier 2017. L’annonce a été faite par le rédacteur en chef, fin septembre 2016. (…) »