Recul historique des dépenses documentaires des BU en 2015 : la réussite étudiante compromise, la recherche menacée

« … 72 établissements documentaires relevant du MENESR ont répondu à cette enquête (75 % du panel ciblé sur le périmètre de l’ESGBU, afin de prendre en compte une importante antériorité). Ils représentent une grande variété de tailles, de statuts et de disciplines couvertes. Les chiffres portent sur les dépenses réalisées entre 2002 et 2014, et sur les budgets prévisionnels 2015 (…)

– L’offre de ressources numériques, acquise en bouquets packagés par les éditeurs, apparaît souvent identique d’une bibliothèque à l’autre, et elle n’est pas adaptable aux besoins réels des établissements. Par ailleurs, l’impossibilité actuelle de procéder à du prêt entre bibliothèque pour ces documents territorialise considérablement une offre documentaire pourtant dématérialisée.

– Les achats de monographies imprimées baissent (ce qui n’est pas sans conséquence pour les éditeurs), et donc nécessairement le nombre de titres différents et/ou d’exemplaires mis à disposition des étudiants, alors que l’on entend promouvoir, en France, une pédagogie inversée depuis longtemps pratiquée dans les pays comparables au nôtre. Or cette pédagogie implique, et l’accès à une documentation riche et variée, et un accompagnement méthodologique dans lequel les bibliothécaires ont un rôle à jouer (…) »