Le Big Data est-il polluant ? Jean-Marc Pierson et Laurent Lefèvre

« … Du commerce à l’énergie en passant par la finance, la santé, le transport, la culture et même la science, les données numériques représentent pour beaucoup le pétrole du XXIe siècle. Chaque jour, l’industrie du Big Data se fait plus grosse, représentant déjà plus de 4 millions d’emplois directs dans le monde ! Mais il y a une donnée que nous avons peut-être oubliée en route : tout a un coût. Et celui du Big Data est écologique (…)

Des travaux, comme ceux du groupement de service Écoinfo, créé par le CNRS, sont venus rappeler à quel point les technologies de l’information sont consommatrices d’énergie et produisent des gaz à effet de serre à toutes les étapes de leur cycle de vie : conception et transport des équipements, usage et fin de vie (…)

Si le Big Data, en lui-même, est polluant, permet-il, par ailleurs, de diminuer d’autres sources de pollution ? Plusieurs exemples semblent en témoigner. Ainsi, l’analyse de données massives peut permettre d’optimiser des processus industriels et donc de réduire les émissions polluantes associées. De même, les fermiers peuvent recevoir en temps réel des informations sur leurs plantations, issues de capteurs et d’images satellites, afin de ne diffuser que la quantité d’eau nécessaire et le juste dosage de pesticides (…) »