L’attention, un bien précieux

« Films, livres, sites web… Jamais le public n’avait été autant submergé de propositions. Résultat : capter son attention est devenu un enjeu central de l’économie. Le chercheur Yves Citton nous parle de ce phénomène aux conséquences inattendues (…)

Selon vous, le phénomène concerne aussi la recherche scientifique…

Y. C. : En effet. En « faisant attention » au nombre de publications de chaque chercheur dans des revues scientifiques, on ne se contente pas de mesurer le travail des chercheurs : on valorise activement certaines revues (rang A, etc.), une certaine conception de la recherche (individualisable par une signature), un certain mode de transmission (l’article plutôt que la formation de jeunes collègues), etc. Cela produit aussi ses effets de cécité attentionnelle collective : on sait que les pratiques de vérification et de reproduction des expériences sont en baisse, parce qu’elles produisent beaucoup moins de visibilité que la publication d’une hypothèse nouvelle, fût-elle fumeuse. Les bulles spéculatives – et les crises qui s’en suivent – touchent l’attention scientifique aussi bien que l’attention financière ! »

L’Économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ?, Yves Citton (dir.), La Découverte, mai 2014, 250 p., 24 €.